Sherbrooke les gaulois de la nationalisation de l’électricité

À Sherbrooke l’électricité, c’est Hydro-Sherbrooke qui s’en occupe.  Rien à voir avec Hydro-Québec, Hydro-Sherbrooke appartient à la ville.

C’est le 1er mai 1908 qu’a eu lieu la municipalisation de l’électricité à Sherbrooke. Depuis, le Service d’Hydro-Sherbrooke assure à la population, aux entreprises et aux organismes locaux, un approvisionnement fiable et sécuritaire en électricité tout en assurant certains services connexes comme en témoignent les renseignements de cette section.

Sherbrooke est donc indépendante d’Hydro-Québec et elle ‘contrôle’ son énergie un cas assez unique au Québec.

9 réactions sur “Sherbrooke les gaulois de la nationalisation de l’électricité

    • Je crois que Sherbrooke devrait capitaliser sur la vente d’Hydro-Sherbrooke à Hydro-Québec et rembourser tous ses dettes afin d’alléger le fardeau fiscal de tous les Sherbrookois.

  1. Hydro-Sherbrooke fait partie de notre patrimoine collectif. Chaque année, nous, les Sherbrookois, profitons de cette richesse car Hydro-Sherbrooke est profitable. De plus, les nouvelles entreprises qui viennent s’établir chez nous bénéficient de tarifs avantageux, ce qui est un incitatif à la création d’emplois chez nous. Enfin, Hydro-Sherbrooke, de par sa petite taille, a fait preuve d’innovation de telle manière qu’Hydro-Québec a adopté certaines de ces innovations. Par exemple, le programme d’utilisation des génératrices de secours des institutions, commerces et industries (ICI) lors des fortes demandes en électricité.
    Pourquoi nous départir d’une entreprise rentable, qui nous sert de levier économique et qui innove? Pourquoi vendre aux autres le contrôle de notre richesse?

    • La vendre pour payer les dettes de Sherbrooke et permettre à la ville de respirer un peu. Sherbrooke croule sous les dettes.

      Regardez ce qui vient de se faire au Nouveau-Brunswick avec Énergie NB. Les Néo-Brunswickois se sont débarasser de 36% de leurs dettes provinciales.

      À long-terme ça veut dire des baisses d’impôts et de taxes,

  2. La Ville de Sherbrooke ne croule pas sous les dettes. Des toutes les autres villes comparables aux Québec (Gatineau, Lévis, Saguenay, Trois-Rivières, …), Sherbrooke a la plus faible dette par capita de même que la plus faible dette relativement à sa richesse foncière.

    • Alors vous qui semblez tout savoir de la dette de Sherbrooke dites moi donc qu’elle est sa dette totale et par habitant ? Vous découvrirez que Sherbrooke est-une des villes les plus endettées au Québec par revenu disponible.

  3. En 2008, la dette totale de la Ville de Sherbrooke s’élevait à 306 M $. De ce montant, il faut retirer les 90 M $ de la dette de Hydro-Sherbrooke si nous voulons faire une comparaison avec les autres villes. En effet, Hydro-Sherbrooke est un actif sherbrookois qui assume de façon autonome le paiement des intérêts de sa dette et qui, de plus, rapporte plus de 20 M $ en profits chaque année. Il est donc inapproprié d’inclure la dette d’Hydro-Sherbrooke dans le calcul de la dette de Sherbrooke lorsqu’on veut comparer sa dette avec celle d’autres villes. Ce serait comme comparer des pommes avec des oranges. Donc, la dette de la Ville de Sherbrooke servant de base de comparaison avec les autres villes comparables est de 215 M $.

    La dette à long terme per capita pour l’année 2007:
    Sherbrooke: 1208 $
    Saguenay: 1220 $
    Lévis: 1375 $
    Gatineau: 1720 $
    Trois-Rivières: 1959 $

    • 215 millions divisé par 153 000 personnes cela donne plutôt un chiffre de 1405$ per capita.

      Mais comme Hydro-Sherbrooke fait aussi parti intégrante de la ville de Sherbrooke, il faut rajouter cette dette à celle de la ville ce qui veut dire que la réalité est que chaque citoyen de Sherbrooke est endetté de 1993$.

      Ce qui fait de Sherbrooke l’une des villes les plus endettées du Québec. Loin devant Montréal environ 3750$ per capita mais tout de même loin derrière Saguenay et Lévis.

  4. La dette de 215 M $ est une donnée de 2008 alors que la dette per capita de 1208 $ est pour l’année 2007. Désolé pour ce décalage, ce sont les données dont je dispose.

    La dette per capita de Saguenay exclu aussi celle de la compagnie d’électricité de cette ville, Hydro-Jonquière je crois.

    L’argument au départ de cette conversation était que le fardeau fiscal des Sherbrookois devait être allégé. La dette d’Hydro-Sherbrooke n’ajoute rien au fardeau fiscal, au contraire, Hydro-Sherbrooke paie ses intérêts et rapporte quand même plus de 20 M $ en profits à la ville.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s